Bienvenue sur la page de l’ARTEMOC

Mardi 13 septembre, ARTEMOC fait sa rentrée avec une Journée d’Études à l’École Normale Supérieure

organisée par Juan Gonzalez, David Dupuis, Raphaël Millière, Guillaume Dumas et Martin Fortier

9h-13h (séance fermée): Rencontre des membres de l’associaton et exposé d’intérêts/travaux individuels.

13h-14h30: Déjeuner

14h30-16h (séance ouverte): Table Ronde: “Perception et hallucination: rapports et sens de réalité” (Coordinateur: Juan Gonzalez)
Avec Jérôme DOKIC, Martin FORTIER, Juan GONZALEZ & Kevin O’REGAN

16h-17h30 (séance ouverte): Table Ronde: “Approches neuropharmacologiques/neurocognitives des EMCs” (Coordinateur: Raphaël Millière)
Avec Guillaume DUMAS, Martin FORTIER & Raphaël MILLIERE

17h30-19h (séance ouverte): Table Ronde: “Regards croisés sur la possession” (Coordinateur: David Dupuis)
A
vec Maddalena CANNA, David DUPUIS & Arnaud HALLOY

Adresse: ENS, salle Paul Langevin: 29, rue d’Ulm (75005), 1er étage (prendre le grand escalier), juste à l’entrée de la Bibliothèque de Sciences Expérimentales.
Inscription: gratuite mais nécessaire auprès de martin.fortier [at] ens.fr


Présentation

ARTEMOC est une association fondée en 2007, à Paris, dans le but de porter un regard transdiciplinaire, critique et rigoureux sur les phénomènes de modification de la conscience et de la cognition dites ‘ordinaires’. L’association a donc naturellement réuni au fils des années des chercheurs et d’autres personnes appartenant au milieu universitaire, bien que toute personne sensible à l’esprit scientifique et philosophique en général a été la bienvenue.

ARTEMOC est aujourd’hui constituée pour la plupart de chercheurs et d’universitaires visant à la promotion de la recherche scientifique sur les expériences-limites de conscience et de la cognition. L’association cherche principalement à élargir les outils conceptuels et empiriques pour l’examen des états de modification de la cognition –––par exemple ceux qui interviennent sous l’effet de prise de substances psychotropes, par des inductions hypnotiques ou encore par l’induction musicale. L’un de nos objectifs consiste à déterminer un champ conceptuel et expérimental au sein duquel les expériences de modification de la cognition puissent être pensées efficacement ; et ce afin de favoriser leur intégration aux autres domaines de savoirs, notamment pharmacologiques, anthropologiques, psychologiques, neurophysiologiques, philosophiques ou encore artistiques.

Cherchant ainsi à créer un champ de réflexion propre rassemblant au-delà des divergences et des disciplines, le projet ARTEMOC se veut davantage transdisciplinaire que pluridisciplinaire, souhaitant pouvoir passer « à travers » (trans–) les frontières terminologiques et forger des concepts susceptibles d’être utilisés par les différentes disciplines. Aborder l’expérience de modification de la cognition dans un contexte transdisciplinaire permettrait ainsi de : 1. Mieux comprendre sa phénoménologie et sa présentation dans différents champs, 2. Evaluer la validité de certains arguments épistémologiques et le bien-fondé de certaines postures en théorie de la perception, 3. Dresser un état de l’art des études empiriques s’y rattachant, 4. Interroger nos conceptions de la nature, de la connaissance et de la conscience dans la philosophie et les sciences.

L’unification du vocabulaire récemment proposée par les sciences de la cognition est l’une des bases sur laquelle s’appuie le projet. Ainsi, la notion de « modification de la cognition » est ici préférée à celle d’ « états modifiés de conscience », car les fonctions cognitives (mémoire, perception, raisonnement, action, émotions, etc.) sont plus faciles à aborder que la notion de conscience elle-même. En outre, l’étude d’activité cognitive modifiée ne peut se passer d’une compréhension de nos outils de catégorisation (conceptuelle et perceptive) élémentaires et de la phénoménologie de l’expérience perceptive (par exemple, la question des qualia, la considération du fameux « hard-problem » entre prédicats physiques et mentaux, la pertinence descriptive des phénomènes étudiés…). Ceci du fait que l’unité de la perception, les notions de temps et d’espace, le schéma corporel, le sens de l’agentivité, la distinction entre soi et autrui, les mécanismes de raisonnement fondamentaux ou encore le sens même de réalité peuvent être radicalement affectés lors de ces expériences. Quoi qu’il en soit, un examen approfondi des ces phénomènes, à la lumière transdisciplinaire des sciences cognitives et de la phénoménologie, permet assurément de mieux caractériser ces phénomènes et de faire progresser notre compréhension de la nature de la conscience et de la cognition ordinaire ainsi que de ses mécanismes.

Un premier pas prometteur vers la compréhension de ces expériences semble être l’exploration des nouveaux paradigmes en sciences cognitives tels que le cadre perception-action ou l’enaction (Varela, Thompson, & Rosch), qui mettent l’accent sur la dimension active et participative de la perception, ainsi que sur la dimension intersubjective de l’expérience consciente. De même, on trouve d’autres approches récentes qui visent à éclaircir certains phénomènes de la cognition ou de la conscience mal compris, tels que les phénomènes autoscopiques (Blanke, Landis, Spinelli, & Seeck, 2004; Lenggenhager, Tadi, Metzinger, & Blanke, 2007; Schwabe & Blanke, 2007), la méditation (O L Carter et al., 2005; Jaseja, 2007; Lutz, Slagter, Dunne, & Davidson, 2008), le sommeil (Axmacher, Helmstaedter, Elger, & Fell, 2008) et l’ingestion d’hallucinogènes (Olivia L Carter et al., 2007; Frecska, White, & Luna, 2004; Geyer & Vollenweider, 2008; Wittmann et al., 2007). Ces phénomènes ont des implications directes pour l’étude de l’attention, de l’embodiement, du rôle de l’affect et des émotions, de l’empathie, de la conscience de soi, de la théorie de l’esprit, du body awareness, de l’agentivité, de l’intentionalité, de l’attribution de l’action et des théories oscillatoires de la conscience, pour n’en mentionner que quelques unes.

Les répercussions et enjeux de ce projet de recherche sont triples : à la fois d’ordre fondamental (recherches actuelles sur la conscience et la cognition, le rôle du sommeil et du rêve dans le processus de mémorisation, la théorie de l’esprit et de la perception, l’empathie, le schéma corporel et l’intégration multisensorielle, la dimension sociale et symbolique de ces états) ; d’ordre clinique, en permettant de prendre en charge de manière plus adéquate les états de conscience pathologique des patients (actualisation du concept de santé mentale, reconnaissance de la composante hallucinatoire souvent sous-estimée des patients parkinsonien et Alzheimer, psychoses et affectivité, importance de la relation patient-médecin dans le statut donné aux symptômes, intégration socio-culturelle des états de modification de la cognition) ; et enfin d’ordre thérapeutique (traitement de la douleur, thérapies alternatives et complémentaires aux traitements allopathiques, nouveaux traitements de la toxicomanie, l’accompagnement en fin de vie, PTSD…). Ce projet est également ouvert à d’autres applications pertinentes, tel que l’étude de l’interface cerveau-machine (les techniques de stabilisation et de contrôle conscient de l’attention, par exemple) ou des dispositifs neuro-marketing (évaluation de l’impact neurocognitive des nouvelles formes de publicité multisensorielle).

Enfin, en regroupant les méthodes des sciences humaines, sociales et biomédicales, l’ARTEMOC entend contribuer à l’étude des états modifiés de la conscience et de la cognition, et ne pas laisser ces expériences à la seule compréhension que peut en avoir la « contre-culture ». Si l’association organise des ateliers et groupes de réflexion destinés aux spécialistes, elle entend également diffuser ses avancées à un large public lors de conférences ou Colloques annuels ou bi-annuels.

Bibliographie

Axmacher, N., Helmstaedter, C., Elger, C. E., & Fell, J. (2008). Enhancement of neocortical-medial temporal EEG correlations during non-REM sleep. Neural Plasticity, 2008, 563028. doi: PMC2430382.

Blanke, O., Landis, T., Spinelli, L., & Seeck, M. (2004). Out-of-body experience and autoscopy of neurological origin. Brain: A Journal of Neurology, 127(Pt 2), 243-58. doi: 14662516.

Bouso, J. C., Doblin, R., Farré, M., Alcázar, M. A., & Gómez-Jarabo, G. (2008). MDMA-assisted psychotherapy using low doses in a small sample of women with chronic posttraumatic stress disorder. Journal of Psychoactive Drugs, 40(3), 225-36. doi: 19004414.

Carter, O. L., Presti, D. E., Callistemon, C., Ungerer, Y., Liu, G. B., & Pettigrew, J. D. (2005). Meditation alters perceptual rivalry in Tibetan Buddhist monks. Current biology : CB, 15(11), R412-3.

Carter, O. L., Hasler, F., Pettigrew, J. D., Wallis, G. M., Liu, G. B., & Vollenweider, F. X. (2007). Psilocybin links binocular rivalry switch rate to attention and subjective arousal levels in humans. Psychopharmacology, 195(3), 415-24.

Frecska, E., White, K. D., & Luna, L. E. (2004). Effects of ayahuasca on binocular rivalry with dichoptic stimulus alternation. Psychopharmacology, 173(1-2), 79-87.

Geyer, M. A., & Vollenweider, F. X. (2008). Serotonin research: contributions to understanding psychoses. Trends in Pharmacological Sciences. doi: S0165-6147(08)00154-5.

Jaseja, H. (2007). Meditation and epilepsy: the ongoing debate. Medical Hypotheses, 68(4), 916-7. doi: S0306-9877(06)00628-1.

Lenggenhager, B., Tadi, T., Metzinger, T., & Blanke, O. (2007). Video ergo sum: manipulating bodily self-consciousness. Science (New York, N.Y.), 317(5841), 1096-9. doi: 317/5841/1096.

Lutz, A., Slagter, H. A., Dunne, J. D., & Davidson, R. J. (2008). Attention regulation and monitoring in meditation. Trends in cognitive sciences, 12(4), 163-9.

Nature Editorial. (2008). Ecstasy could augment the benefits of psychotherapy. Nature, 456(7220), 293. doi: 456293d.

Petitmengin, C. (2006). Describing one’s subjective experience in the second person: An interview method for the science of consciousness. Phenomenology and the Cognitive Sciences, 5(3), 229-269. doi: 10.1007/s11097-006-9022-2.

Schwabe, L., & Blanke, O. (2007). Cognitive neuroscience of ownership and agency. Consciousness and Cognition, 16(3), 661-6. doi: S1053-8100(07)00079-7.

Slagter, H. A., Lutz, A., Greischar, L. L., Francis, A. D., Nieuwenhuis, S., Davis, J. M., et al. (2007). Mental training affects distribution of limited brain resources. PLoS biology, 5(6), e138.

Thompson, E. (2001). Between Ourselves : Second-Person Issues in the Study of Consciousness (p. 320). Imprint Academic.

Varela, F. J., Thompson, E., & Rosch, E. The Embodied Mind.

Wallach, J. V. (2008). Endogenous hallucinogens as ligands of the trace amine receptors: A possible role in sensory perception. Medical Hypotheses. doi: S0306-9877(08)00398-8.

Winkelman, M. J., & Roberts, T. B. (2007). Psychedelic Medicine [Two Volumes]: New Evidence for Hallucinogenic Substances as Treatments (1st ed., p. 728). Praeger Publishers.

Wittmann, M., Carter, O., Hasler, F., Cahn, R., Grimberg, U., Spring, P., et al. (2007). Effects of psilocybin on time perception and temporal control of behaviour in humans. J Psychopharmacol, 21(1), 50-64